Vous voici embarqués pour une fabuleuse aventure, celle des transformeurs de société : détruire, laisser mourir, créer, embellir… Différents gestes que chacun fait au besoin avec le plus de grâce possible, à différentes échelles, autour de soi, mais peut-être d’abord en soi ? Notre jardin n’est-il pas d’abord celui de nos pensées ? Peut-être sont-elles le lieu de raffinement du monde. Pour autant, sortons de notre bocal, sortons de notre isolement insulaire et continental, individus comme organisations, relions-nous ! 
Pour ne pas pagayer en pagaille, donnons-nous les moyens d’optimiser la reliance en développant une pensée archipélique dont la richesse et la diversité outille l’esprit pour l’ouverture aux autres dans le respect de ses valeurs personnelles et permet d’envisager la construction d’un monde réenchanté pour lequel nous sommes à construire des balises, des repères. Phares, ports, lagons, îles, continents, océans, petites mers, maelstrom, rapides, tempêtes, doux alyzés... Faisons des cartes appuyées sur des structures suffisamment vivantes pour être aimantes, efficaces et résilientes. Construisons des boussoles qui permettent de faire le lien du vieux au nouveau monde. Organisons comptoirs, marchés et agoras où échanger, croître, se raconter les histoires qui font marcher nos actions et esquisser l’histoire du nouveau monde. 

Archipels

 

L’histoire des esclaves caribéens, libérés sur des îles auxquelles aucune racine ne les reliait, ayant comme seule histoire commune la marque de leurs chaînes a inspiré, à travers les travaux du poète et philosophe antillais Édouard Glissant, une autre vision du Monde, permettant d’autres paradigmes d’organisation pour les collectifs en favorisant la coopération et la création de communs.
Dans cette vision « en négatif » de la vision dominante, empruntant à l’imaginaire ultramarin la poétique des mots choisis, l’archipel représente, non un groupe d’îles isolées par des mers infranchissables, mais un grand Océan reliant une multitude d’îles (associations, mouvements, partis, syndicats, groupe de citoyens…) ayant chacune leur identité-racine, leur structure et leur autonomie, et qui sont prêtes à partager au commun ressources et compétences pour expérimenter de nouvelles voies ensemble, faisant de chaque identité propre, non une rivalité, mais une richesse commune. Ce processus, que Glissant nomme « créolisation », nous pousse à ne plus craindre les rencontres, ni les changements que celles-ci peuvent provoquer en nous, et nous demande de cultiver nos identités-relation, vectrices de ces rencontres.
Une idée qui se répand, en France, mais pas que, où archipels politiques et citoyens, permaculturels et restauratifs, réinventent les notions de territoire, de rapport au vivant et à la Terre, cultivant leur riche diversité et s’engageant profondément vers le collaboratif, tournant résolument le dos à la concurrence et à la compétition.
Ce changement du monde interroge la gouvernance de nos collectifs, bien sûr, mais nous invite à reconsidérer en profondeur notre valeur d’individu dans le collectif, et la capacité d’ « individuation » de celui-ci, c’est-à-dire comment moi je participe à faire que mon collectif considère chaque individu le constituant comme unique et d’un apport précieux.
La suite se déplie comme une fractale, c’est la notion de « glocal », agir local, penser global.
« Archipel de mots, de langues, archipel des idées et des techniques, comme une fabrique de projets, ces » pirogues » qu’on jette à l’eau, et qui relient des rivages et construisent le monde de demain. »

L'Archipel citoyen Osons les jours heureux

Fin 2019, on commence à parler de plus en plus de la notion d'Archipel.

 

On en parle tellement qu'avec L'Archipel citoyen Osons les jours heureux on a organisé le 7 février 2020 une agora pour partager entre archipels sur cette vision archipélique conceptualisée par Edouard Glissant à partir de la pensée que chaque individu ou organisation possède une identité racine et une identité relation...

 

Pour en savoir plus à ce propos, je vous invite à consulter le site de l'Archipel citoyen Osons les jours heureux dont je fais partie en tant que membre du voilier-atelier qui est en quelques sorte le collectif dédié à l'exécutif de l'organisation.

Compagnons de l'Archipel

Dialogue en humanité, Lyon, Juillet 2019

 

Un petit groupe de personnes de l'Archipel Osons les jours heureux se retrouve en affinité à Dialogue en humanité et se dit "toutes ces histoires d'écosystème... Et si on commençait nous à notre niveau entre nous pour voir ce qu'on peut faire ? On est bien là tous ensemble non ? Même si on vient de différentes villes, on a l'archipel comme parent commun, avec des élans communs d'accoucheurs du nouveau monde et derrière nous des événements qu'on a vécu ensemble (notamment à Villarceaux et à la Biennale des villes en transition à Grenoble cf. newsletter de février)... Allez on va prendre des temps ensemble plus régulièrement pour voir ce qu'on peut faire ensemble et rdv à l'éco-festival Terre de Convergence !" 
 
Dans le même temps à Grenoble, quelques personnes aussi se rassemblaient pour travailler sur la raison d'être de notre mouvement (cf. newsletter de juin), le même que celui du groupe de l'archipel puisque certaines personnes sont à cheval sur les groupes ? Un autre ? On ne sait pas vraiment comment ça se rejoindra ou s'articulera, on avance avec le principe que ceux qui sont là sont les bonnes personnes et on verra bien. Cela car chaque personne liée à cette dynamique est elle-même inscrite dans divers cercles avec les mêmes élans où les mêmes questions se posent.
Dialogues en humanité, Lyon, Juillet 2019
Dialogues en humanité, Lyon, Juillet 2019

 Eco-festival Terre de Convergence, Attuech, Août 2019

Quelques uns du petit groupe précédent se retrouvent là. Des discussions et la joie de se lancer ensemble dans une économie circulaire du don : que chacun, expert à sa façon mette en avant ses actions pour le collectif et qu'en vertu de cela, ensemble, nous nous ouvrions individuellement au don de sorte d'avoir plus de temps pour oeuvrer pour le collectif. Que chacun se fixe un plafond en fonction de ses besoins et qu'une fois ceux-ci atteint, il reverse le surplus à une personne du groupe au choix.

Nous étant connus pour la plupart via l'Archipel osons les jours heureux, nous nous appellerons... Les compagnons de l'archipel !
Compagnons de l'Archipel, Eco-festival Terre de Convergence, Attuech, Août 2019
Compagnons de l'Archipel, Eco-festival Terre de Convergence, Attuech, Août 2019

ouep une newsletter qui parle de ça 

Des Questions sur lES monnaies citoyennes ?

Pour fêter l'anniversaire n°9 du Sol violette, à l'initiative d'Andrea Carro, le 6 mai 2020, avec les compagnons de l'archipel, nous avons réalisé une émission live sur les monnaies citoyennes (cliquez sur le lien pour revoir l'émission en replay sur Facebook), elle nous a offert une belle tranche de son expertise sur le sujet !

Time to breathe et les compagnons de l'archipel

 Le 6 octobre 2020, Time to Breathe, j'ai eu la chance de co-animer une plénière organisée par les compagnons de l'archipel, c'était un atelier nommé "Archipélisons-nous", un événement en ligne que vous pouvez visionner grace au montage de Didier Fradin dont vous voici les mots introducteurs : 

 

« Mal nommer les choses c'est ajouter au malheur du monde.

Ne pas nommer les choses, c'est nier notre humanité. »

 

Nous traversons une période où le ressenti le cède à l’urgence, à la tentation de l’efficacité, quelquefois du raccourci, et où le manque d’émotion artistique, de spiritualité nous fait cruellement défaut.

Plus que jamais, et à tous les sens du terme, nous devons réapprendre à respirer, à retrouver le sens de nos engagements, à en rechercher la résonance chez notre voisin·e, qui est peut-être en train de fabriquer la pièce du puzzle qui s’emboitera avec la nôtre.

Time to Breathe a offert ici un épisode auquel nous avons donné le but de partager et de faire partager une expérimentation de la création d'un commun, côté ressenti plus que dans l'intellect.

Vous trouverez les éléments liés à cette réunion ici, notamment les pads de retour des ateliers.

Agora des archipels - Le dernier lundi du mois de 18h à 20h

L’agora des archipels est un espace d'échange et de rencontre archipélique conçu pour favoriser les synergies entre acteurs de la transition. Rendez-vous mensuel, elle a lieu chaque dernier lundi du mois à 18h avec différents temps pour : 
- accueillir les nouveaux,
- développer de l'interconnaissance avec un focus sur des invités engagés
- partager nos agenda,
- nourrir nos synergies.

Le format évolue à présent : il est un espace libre, ouvert et expérimental de rencontre qui est ce qu'on en fera dans l'instant. Puisse-t-il vous/nous être utile.

 

Le site de l'agora des archipels (c'est un yeswiki) : https://agoradesarchipels.xyz

Pour s’abonner à la mailing list de l'agora :  https://framalistes.org/sympa/subscribe/agora-archipel

Les Vendredis au bureau d'etude et de recherche

Les vendredis matins, nous nous retrouvons à 9h pour faire avancer nos projets. A partir de 10h, c'est atelier. Welcome ! 

 

Bureau d'étude et de recherche - ArchipelS - 09:00 AM Paris

Participer à la réunion Zoom : https://us02web.zoom.us/j/88691215506

Audio : Trouvez votre numéro local : https://us02web.zoom.us/u/kd9lgfuyc3

A Propos du Yeswiki

Laurent Marseault et Michel Briant nous ont accompagnés pour initier un yeswiki spécial Agora des archipels sur le modèle de Gare centrale proposé par Animacoop. Didier Fradin a réalisé un montage de ce moment (cf. vidéo ci-dessous)

Sur la vidéo, chaque smiley numéroté correspond aux données complémentaires listées ci-dessous au bas de ce mail. Grâce à cette vidéo, vous saurez comment compléter la base de donnée de connaissances commune aux archipels : https://agoradesarchipels.xyz. Dans les profils des acteurs, certains peuvent s'identifier comme ressource-aide pour vous aider à saisir vos infos.
 
Le prochain pas, maintenant est donc que chaque archipel, chaque orga, chaque passant qui se sent l'âme d'un compagnon de ces archipels, en documentant une ressource, comme on l'apprend dans cette vidéo, idéalement d'ici vendredi prochain ou le suivant, de façon à ce qu'on puisse avancer.
Laurent et Michel reviendront les prochains vendredis pour la suite de la mise en oeuvre (fiches acteurs, fiches territoire, fiches projets), et le besoin de structurer d'autres pages se fera surement ressentir
 
Contrairement à d'autres méthodes de travail, ici on s'engage dans le "faire", la recherche action, on avance, on constate, on établit les règles de tri pour l'interopérabilité, la structure du site, c'est déroutant, mais ça fonctionne.
Le maître-mot est partage sincère, coopération ouverte, en mettant toute l'attention à ne pas recréer de la centralité, ce fameux "centre vide" de "pouvoir sur".
 
Quelques repères supplémentaires : 
Pour poser une base, une vidéo présentant l'idéal des règles de groupe : https://video.colibris-outilslibres.org/.../3d6e4629-c18a...
Le partage et l'échange de connaissances ici initié rejoint les initiatives des ripostes creatives territoriales. Nous aurons à construire dans ce but des ateliers de sensibilisation aux licences creative commons (j'apprends à poser mes licences)
Une formation tip top sur le yes wiki, par Louise Quincaillère : https://yeswiki.net/?LouiseDidier
 
Les smileys de la vidéo d'atelier :
3- fiches ressource : 
8- Aspirer des formulaires créés sur d'autres sites
9- Riposte creative Bretagne, les ressources : https://ripostecreativebretagne.xyz/?BiblioArchipel
10- Veille publique partagée
11- saisir une fiche ressource : https://agoradesarchipels.xyz/?SaisirRessource
12- faire un champ fermé "thématique" à partir d'un mot clé : https://agoradesarchipels.xyz/?BazaR&vue=listes
13- un atelier pour définir les thématiques (après qu'on ait suffisamment de fiches (>50))
le design par le "faire".
14- changer le formulaire (uniquement admin) https://agoradesarchipels.xyz/?BazaR&vue=formulaire...
15- saisir une fiche acteur https://agoradesarchipels.xyz/?SaisirAnnuaire
16- 3 notions pour l'interopérabilité :
-  conditions politiques : chaque île affiche son identité-racine, je suis ça et pas ça, 
   si je sais qui tu es, je sais si j'ai envie de faire archipel avec toi
-  conditions juridiques: est ce que mes contenus sont, à minima, en CC BY SA ou en GnuGPL? en copyright, par défaut, il n'y a pas partage
-  conditions numériques : est ce que mon site génère du flux sortant, et du flux entrant? 
   Pour qu'il y ait archipel, il faut ces trois perméabilités, pour ne surtout pas reproduire de la centralité dans ces trois domaines.
17- Transiscope, agrégateur de contenu : https://transiscope.org/carte-des-alternatives/...
18- séquence la Nuée, Le document de synthèse de nos 3 dernières rencontres est ici: https://docs.google.com/.../1wVw8Hqb84qQN7monBmw8ktLlSj7P...
   la visio avec Laurent : https://www.youtube.com/watch?v=56GEN0gqF-Y

Archives Grenobloises - Rubrique en cours d'écriture

Des projets auxquels j'ai participé, je revisiterai leur présentation plus tard, pour l'instant j'ai seulement copié la présentation que j'en avais faite alors que j'y étais active.

Expériences de Démocratie locale

ATELIERS DE REDIRECTION ÉCOLOGIQUE

Ah la belle aventure ! Nous nous sommes réunis une fois par mois quelques mois de suite pour faire émerger une feuille de route à partir de nos expériences du quartier...


Plus d'infos ici : 

https://www.grenoble.fr/2332-ateliers-citoyens-de-redirection-ecologique.htm

 

 

CONVENTION CITOYENNE COMISSION COVID 19

Comment on gère ensemble ? Mais d'abord est-ce que c'est possible de gérer ensemble...? Plein de questions soulevées par cette expérience sociale, sociétale...

 

Plus d'infos ici : https://www.grenoble.fr/1950-convention-citoyenne-covid-19.htm

 

Art dans la rue

Nous avons lancé une dynamique pour remettre art et humanité au cœur de la société en passant par l'investissement artistique de l'espace public. 

Mercredi 17 juin, nous avons réalisé une première après-midi de performances artistiques rassemblant une vingtaine d'artistes dans plusieurs places grenobloises. 

Pour mieux saisir l'état d'esprit de notre démarche qui se veut profondément humaniste, vous pouvez apprécier un reportage vidéo accompagné d'un article sur Place Gre'net en suivant ce lien : https://www.placegrenet.fr/2020/06/18/un-collectif-dartistes-souhaite-insuffler-une-dynamique-pour-porter-art-dans-la-rue-a-grenoble/300120.    

Riches de cette première expérience et de ses retours, il est temps de voir quelle.s forme.s pourrait prendre ce mouvement plus durablement : 

 

Si vous ne pouvez pas venir ce jour-là mais que voulez rejoindre la dynamique, inscrivez-vous à la mailinglist du mouvement :

 

Un mouvement

Avec David et Annaelle, pas forcément ensemble, on explorait d'autres formes d'actions depuis l'hiver 2018 dont un des temps de cristallisation a été la Biennale des villes en transition en mars 2019.


Globalement depuis un peu plus d'un an, il y a tout un tissu de personnes autour de moi qui ont le sentiment de réaliser quelque chose ensemble sans en avoir toujours une vision évidente ? Nous formons quelque chose comme un réseau cohérent, motivé par une envie d'université nouvelle qui fonderait la connaissance et sa diffusion sur d'autres pratiques et modes de fonctionnement que ceux communément admis...


Hommages à eux... Christelle, Valérie, Hédi, Anastasia, Nicolas, etc... 


Nous dansons chers amis et quelques formes naissent de nos pas...

La pensée des communs

Nous avons aussi des affinités avec le mouvement des communs ! Après le après le Commonscamp de Marseille (17-19 janvier 2020), a eu lieu, le 31 janvier la quatrième assemblée des communs de Grenoble.

 

"Elle se définit comme un espace neutre de coopération pour la production, le développement et la préservation des communs par et pour les citoyens. Elle agit pour la valorisation et la réappropriation des biens communs afin de pouvoir en jouir, pour un modèle social durable et souhaitable, dans une volonté de préservation de toutes les espèces vivantes et de leurs milieux."

2019 - Transform'

Depuis septembre 2019, nous sommes cinq David, Annaelle, Jonathan, Manon et moi-même à nous retrouver régulièrement autour des enjeux de transition dans la région grenobloise. Au cours de ces rencontres nous avons défini nos envies, nos intentions et nos méthodes pour envisager des actions pour renforcer la transition.

 

Nous avons appelé notre groupe Transform’ car nous souhaitons contribuer à une transformation profonde de notre société et apporter notre contribution à la transition écologique et démocratique sur le territoire du bassin grenoblois.
Notre intention est de réaliser des actions concrètes et sensibles à l'échelle des quartiers et villages : sensibilisation, mise en lien, transfert de connaissances, développement du pouvoir d'agir des citoyens. Il s'agit de soutenir ce qui se fait déjà, en identifiant les besoins et les freins à la transition et renforcer les coopérations entre des personnes, des organisations, des institutions ...

Transform’ est donc un collectif auto-géré qui cherche à faire du lien entre les acteurs de la Transition dans le grand bassin grenoblois et à soutenir les initiatives qu’ils portent vers la résilience du territoire.

 

C’est un espace dans lequel tout un chacun peut venir partager, contribuer, initier, agir, apprendre, sentir … Ce n’est pas seulement un réseau, ni un accélérateur de projets, ni une agence événementielle. C’est un mélange de tout cela, avec une attention particulière portée sur la coopération, la rencontre entre les personnes, la valorisation de l’humain, le domaine du sensible et du sensoriel. Se sentir appartenir à une communauté organisée nous donnera davantage d’élan et de ressources pour transformer la société à notre échelle, vers un rêve que nous voulons vivre.

Le fonctionnement est basé sur une logique « chantiers ». Toute personne ayant une idée à proposer peut la soumettre au collectif sous forme de « chantier ». A elle ensuite de lui donner vie, en s’appuyant sur le Collectif : solliciter l’aide d’autres personnes, organiser des réunions, chercher du financement, etc. Un chantier peut porter sur une initiative pour la Transition comme par exemple « écrire un récit collectif de la Transition à Grenoble » ; ou bien sur le fonctionnement du collectif lui-même. Exemples : « organisation de temps collectifs », etc.

 

C’est une approche organique, basée sur le ressenti, ici et maintenant. Chacun est co-responsable du collectif et de son évolution.

Plus d'informations sur Transform' en suivant ce lien : http://grenoble.entransition.fr/

Une des formes de cette danse a été cette soirée Pépites dont nous reprendrons probablement le modèle, c'était en mars 2019, c'était déjà un des aspects de Transform' qui se cherchait et qu'on avait travaillé ensemble Nicolas Hubert et moi (Comment ça vous connaissez pas Nicolas Hubert ? Cliquez ici !).

2018 - Soirée Pépite

 Comment travailler autrement, consommer autrement, s'organiser, tisser une société fondée sur la joie d'être ensemble parce qu'il n'y a que l'amour qui puisse dissiper suffisamment la peur pour donner la force d'embellir le monde, que le travail ne valide non pas l'argent et les valeurs de l'ancien monde qui lui sont associé mais l'art des gens, le goût de faire les uns pour les autres, les uns avec les autres dans le respect de la terre ?

 

 

Nous avons pensé un format de soirées récurrentes permettant de donner un cadre dans lequel réinventer et construire une société fondée sur la joie. La première a eu lieu le 9 Mars, comme c'est le début, on révise noter cadre mais, on va poursuivre, inscrivez-vous à la newsletter en bas de cette page pour être tenu au courant ! 

 

L'idée est de permettre aux gens de se rencontrer et de prendre des inspirations pour enrichir l'ouverture d'esprit (exemple 30 minutes de discussion sur des thèmes de la vie qui ouvrent le débat soit à poursuivre chacun de son côté soit d'échanger en groupe au feeling), découvrir des initiatives locales (20 minutes de présentation d'x ou y projet alternatif, des panneaux d'affichages qui présentent les diverses initiatives locales), voire des mini-spectacles (qui nourrissent esprit et joie et comptent donc comme inspiration), et surtout, surtout : donner des temps informels pour laisser la place à la vie et au vivre ensemble de se créer dans la convivialité et les rencontres avec d'autres personnes également en recherche dans ces dynamiques pour voir comment mettre en place les uns avec les autres de nouveaux équilibres de vie plus harmonieux...